Lettres de nouvelles septembre 2011

samedi 3 septembre 2011
par  EPUdfBAYBIA

Votre peine se changera en joie

PDF - 149.3 ko
Lettre de nouvelles sept 2011

Il n’est jamais facile de dire au revoir, surtout à quelqu’un que nous aimons et qui a donné à notre existence de l’espérance et un sens. Jésus annonce à ses disciples qu’il doit partir. Ce passage d’Évangile est situé avant la passion du Christ, lorsque Jésus essaie de préparer ses disciples à sa mort, mais il a été mis par écrit après la mort de Jésus. Jean écrit à une communauté chrétienne qui est découragée. Elle croit au message de Jésus, elle croit à la résurrection, mais son annonce de ce message n’a pas été reçue. N’en est-il pas ainsi de la communauté chrétienne aujourd’hui ? Dans une société sécularisée et hautement technologique, il semble parfois que le message de l’Évangile ne trouve pas de place. Jésus ne promet pas que la situation extérieure des disciples changera. Leur vie ne sera pas plus facile simplement parce qu’ils ont décidé de le suivre. Jésus dit même que le monde se réjouira quand il les verra dans la tristesse (v. 20). Comment, alors, Jésus va-t-il restaurer l’espérance de ses disciples ? Il le fait en les invitant à porter un autre regard sur les événements. La tristesse met un voile sur nos yeux et déforme la réalité. Quand la douleur envahit nos cœurs, nous pouvons être repliés sur nous-mêmes à un point tel que nous ne voyons plus ce qui se passe. Cela nous conduit au découragement, qui est un ennemi puissant. Par sa mort et sa résurrection Jésus nous révèle ceci : si la douleur, la souffrance et la mort sont réelles, elles n’ont pas pour autant le dernier mot. Pour l’expliquer, Jésus raconte une parabole qui parle d’une expérience universelle, d’une femme qui enfante (v.21). Lors de l’accouchement, une femme ne peut pas échapper à la douleur. Elle doit passer par la douleur afin de connaître ensuite la joie. De la même façon, la croix ne peut être comprise qu’à la lumière de la résurrection. La résurrection n’abolit pas la croix, mais elle transforme les souffrances de la croix en espérance, permettant aux disciples de croire qu’un avenir est possible en dépit de la douleur présente. Jésus invite ses disciples à voir le mystère pascal comme le paradigme de l’expérience humaine et chrétienne. La vraie joie nous libère. Une fausse joie est éphémère et peut conduire à l’asservissement. Pour se libérer de leur peine, les disciples ont besoin de découvrir une joie qui est tout aussi « frappante » que leur douleur. Cette joie-là n’est pas artificielle. Tout comme la vie, c’est un cadeau, donné dans les moments les plus inattendus. Il s’agit d’une joie intérieure qui dévoile une espérance souvent cachée. Dans une telle joie, nous puisons la générosité de donner notre vie pour les autres. C’est la joie de la résurrection. Pasteur Christian Apel



Commentaires

Brèves

18 mai 2012 - Radio Lapurdi - oecuménisme en chemin

Vous pouvez écouter une courte émission avec le pasteur Christian Apel et le père Michel Garat sur (...)

25 février 2012 - Dieu et Internet - Emission de Frequence protestante en écoute

Pour ré-écouter l’émission avec Jean-Baptiste Maillard l’auteur du livre "Dieu et Internet" qui (...)

7 février 2012 - Dieu merci !

Sur internet, suivez DIEU MERCI !, la première émission religieuse de la TNT. Depuis bientôt 7 (...)

1er février 2012 - Conférence de Bruce Dennis sur Radio Lapurdi

La conférence donnée par Bruce Dennis pendant la semaine de l’Unité à Anglet est retransmis sur (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 6 septembre 2014

Publication

433 Articles
6 Albums photo
81 Brèves
Aucun site
23 Auteurs

Visites

2 aujourd'hui
13 hier
72889 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté