Lettre de nouvelles février 2010

mercredi 27 janvier 2010
par  EPUdfBAYBIA

Une révolution copernicienne

 

Word - 67.5 ko

Au début du XVIe siècle, Copernic a formulé la théorie selon laquelle, malgré les apparences, le soleil ne tourne pas autour de la terre, c’est la terre qui tourne autour du soleil. De même, quand nous cherchons une direction pour notre vie, tout d’abord nous nous plaçons au centre de notre univers et nous cherchons à lui trouver un sens, tout en nous rendant peut-être compte que Dieu fait partie de notre existence. Ensuite peut se produire notre propre « révolution copernicienne » : nous comprenons que ce n’est pas Dieu qui fait partie de notre existence, c’est nous qui faisons partie de sa vie. Le récit de la vocation d’Isaïe est écrit dans un langage fantastique, celui d’une vision, mais il décrit justement un tel changement de perspectives, qui va de pair avec la découverte – et la redécouverte continuelle – de notre vocation. C’est l’histoire d’un être humain qui s’éveille à sa situation véritable face au monde réel. Le voile est levé et Isaïe entrevoit la réalité de Dieu. Ce qu’il voit est si parfait que tout à coup il discerne, par contraste, sa propre imperfection profonde : « Malheur à moi ! ». À cet égard nous pouvons penser à la parabole de Jésus sur les deux hommes qui vont au Temple pour prier (Luc 18, 9-14) : le collecteur d’impôts est vivement conscient de la nécessité d’une guérison. De façon paradoxale, c’est quand Isaïe se rend compte de la distance entre lui et Dieu que s’ouvre la possibilité pour lui de recevoir le pardon. Et ce pardon, décrit comme une braise ardente, laisse une marque indélébile sur sa vie. Quand je réalise mon indignité, mon regard sur les autres se transforme. Je comprends que la distance entre Dieu et moi est tellement plus grande – d’un tout autre ordre, en fait – que celle qui me sépare des autres humains. Et cette constatation aussi brûle, elle brûle toute attitude de jugement envers les autres. Le récit indique un aspect étonnant de notre relation avec Dieu. Les humains sont très imparfaits, pourtant ils ont la liberté et le pouvoir de dire « oui » ou « non » à Dieu. La vocation découverte par Isaïe vient d’une direction inattendue. Plutôt que de trouver seulement « ce qui lui convient », il est libéré afin d’entrer dans quelque chose de beaucoup plus large : l’œuvre même de Dieu. « Qui enverrai-je, et qui ira pour nous ? » Comme d’autres personnes qui ont été envoyées par Dieu, il découvrira une force qui vainc sa timidité personnelle et qui est inconnue de ceux qui s’acharnent par eux-mêmes à frayer leur propre chemin à travers l’existence. Christian Apel



Commentaires

Brèves

18 mai 2012 - Radio Lapurdi - oecuménisme en chemin

Vous pouvez écouter une courte émission avec le pasteur Christian Apel et le père Michel Garat sur (...)

25 février 2012 - Dieu et Internet - Emission de Frequence protestante en écoute

Pour ré-écouter l’émission avec Jean-Baptiste Maillard l’auteur du livre "Dieu et Internet" qui (...)

7 février 2012 - Dieu merci !

Sur internet, suivez DIEU MERCI !, la première émission religieuse de la TNT. Depuis bientôt 7 (...)

1er février 2012 - Conférence de Bruce Dennis sur Radio Lapurdi

La conférence donnée par Bruce Dennis pendant la semaine de l’Unité à Anglet est retransmis sur (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 6 septembre 2014

Publication

433 Articles
6 Albums photo
81 Brèves
Aucun site
23 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
11 hier
74373 depuis le début
Aucun visiteur actuellement connecté